Parenthèse

p1000345

Après la traversée de la France, nous nous sommes attaqués à l´Espagne en longeant le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Cette fameuse voie qui longe la côte de Saint Sébastian en passant par Bilbao, Santander, Gijón et qui redescend dans les terres vers Saint Jacques de Compostelle.

L´aventure démarre dès le passage de la frontière entre Hendaye et Irun.  Nous sommes confrontés à la barrière de la langue, Les basques et les espagnols parlent à une vitesse hallucinante et dans deux langages complètement différents. Pour moi qui m´appuie sur mes souvenirs de cours d´espagnol de collège, la chose n´est pas évidente.

Ce jour là un soleil radieux nous accompagne tout au long de la route, de Tarnos (où nous avons quitté l´oncle et la tante de Pierre-Luc après quelques jours de préparation/repos) à Zarautz. Une étape de 90 km ponctuée par un arrêt à Saint Sébastian où nous allons admirer la plage de la Concha et la Basilique Sainte Marie du Chœur

.

                         p1000045 p1000043  p1000040

Les routes espagnoles ne sont pas les plus hospitalières, le réseau routier n´est pas très développé et pour gagner du temps nous décidons d´emprunter les nationales.

Le soir, nous sommes accueillis par Iban un couchsurfeur qui déborde d´énergie, nous passons un agréable moment en sa compagnie autour d´un repas salvateur et d´un verre de mirto qui est un alcool très populaire en Sardaigne, Iban nous conseil d´aller jeter un œil à Zumaia le lendemain pour admirer de magnifiques formations rocheuses dues à l´érosion des vagues.

    p1000055p1000058

Nous entamons notre deuxième journée sur le territoire Basque en suivant le conseil d´Iban puis nous rejoignons Bilbao après une centaine de kilomètres et pas mal de montagnes. Sur place nous sommes accueillis par Bittor qui a étudié à Rouen en Erasmus. Il nous héberge chez sa maman, Louisa et nous fait découvrir la culture locale, il nous fait visiter la ville et nous emmène déguster quelques « pintxo ».

Nous rentrons car Bittor prend un avion pour Paris le lendemain, il nous propose de rester une journée supplémentaire chez sa maman qui est très enthousiaste à l´idée de nous héberger.

Nous arpentons la ville comme deux touristes et décidons de visiter le musée Guggenheim, nous y passerons l´après-midi, le lieu est incroyable, l´architecture du bâtiment donne une impression de vertige tellement l´endroit est immense, avec de grands espaces lumineux et un dédale de passerelles métalliques suspendu au milieu du vide. Nous terminons la visite et décidons de rentrer, le manque de repère due à l´immensité de l´endroit à eu raison de nous.

         p1000074  p1000080

Depuis un moment il était question de rejoindre Gijón où nous étions accueillis chez des couchsurfeuses, pour rattraper notre retard due à l´arrêt prolongé à Bilbao nous décidons de prendre un bus afin de rejoindre Gijón dans la soirée.

C´est là que tout se complique, nous achetons nos billets et nous présentons devant le bus direction Gijón.  Désillusion, le chauffeur nous empêche de monter dans le bus car nos vélos ne sont pas démontés et emballés. Nous nous faisons rembourser les billets et après un moment de réflexion nous décidons de prendre un train, sauf que le prochain train a direction de Gijón est à une heure du matin et que ça fait déjà une journée que nos hôtes nous attendent.

Nous remontons de la gare vers la station de bus lorsque nous croisons une Américaine « Lulu et une Canadienne « Jessie”, avec leurs vélos qui désirent aller elles aussi à Gijón mais qui ont eu à faire face au même problème que nous pour mettre les vélos dans le bus. Une idée surgit : « Louons une voiture à quatre. » L´idée parait excellente mais pour louer une voiture il faut se rendre à l´aéroport à 15 kilomètres de là sur les hauteurs, il pleut à saeau, et le dérailleur du vélo d´une des filles ne fonctionne pas.

Après une heure de galère, nous récupérons la voiture, un C4 Picasso et le projet est d´arriver à faire rentrer 4 vélos, 4 personnes et les bagages de tout le monde à l´intérieur de la voiture.

                p1000088p1000094

p1000113

Nous prenons enfin la route direction Gijón, je conduis une voiture automatique sur les routes espagnoles autant vous dire que je ne fais pas le fier. Nous rejoignons Gijón à quatre au lieu de deux et nous sommes en retard.

J´ai tiré un trait sur le fait que nous fêtions mon anniversaire et surprise lorsque nous passons la porte de l´appartement d´Alicia et de Marina, les lumières s´allument, des ballons volent, des guirlandes et des happy birthday Brice sont accrochés dans la pièces, une quinzaine d´inconnus se sont rassemblés pour m´organiser une soirée d´anniversaire. Pierre-Luc avait manigancé ça derrière mon dos, à distance via couchsurfing, je comprend mieux pourquoi il insistait pour que nous allions à Gijon. J´étais tellement heureux, je me serais cru à la maison avec mes amis sauf que nous ne connaissions personnes, s´en est suivis une soirée mémorable.

                        p1000124p1000168

                        p1000151p1000120

Nous avons passé deux jours chez elles finalement, nous tentons de les remercier en  préparant une tartiflette avec les produits locaux, faute de reblochon à disposition nous préparons le plat avec du brie et du roquefort, l´intention y est mais pas le résultat. Nous terminons notre route à Saint Jacques de Compostelle car entre les deux, pas d´agence pour rendre la voiture. Le temps est horrible et en ville difficile de camper nous décidons à contre cœur faute d´autre solution de prendre une auberge de jeunesse et visiter la ville lendemain.

L´endroit est impressionnant de par son histoire et de par le monde qui s´y presse tous les ans, nous visitons la cathédrale chacun notre tour afin que l´autre garde les vélos. Une fois à l´intérieur du monument je sens quelque chose de grand m´envahir, une certaine force, je fais la queue pour aller prendre Saint jacques dans mes bras, tradition oblige et passe quelques secondes devant ce qui semble être les restes de Saint Jacques de Zebedee, l´un des douze apôtres de jésus et l´un de ses cousins germains, rien que ça.

         p1000188  p1000191

Le soir nous passons la soirée chez Philippe un brésilien venu finir ses études en Espagne, il parle très bien Français et c´est tant mieux, nous passons une agréable soirée et demain nous repartons direction le Portugal, affaire à suivre.

Prochain report du côté des Canaries ou du Cap Vert.

Des bécots la famille.

Brice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s